Cher visiteur,

Je vous informe que ce cabinet sera fermé temporairement.
Vous pouvez continuer à visualiser ce site normalement mais
le formulaire de contact sera inactif et vous ne pourrez
recevoir de réponse.

Cordialement,

Julie Tabourel

Julie Tabourel - Psychologue clinicienne à Nice

Auteur: TABOUREL Julie. Post creé le 15/02/2012
Categorie: Réfléxions personnelles
Qu’est-ce que l’angoisse?

L’angoisse s’inscrit dans un registre large, elle se manifeste sous différents angles, on l’entend dans la vie quotidienne, on la rencontre dans la clinique, elle est à la fois singulière et universelle.


Mais avant d’aborder la question de l’angoisse, il faut se placer du côté du discours dans lequel elle est prise. Comment est-elle parlée cette angoisse aujourd’hui? Il semble que justement on préfère ne pas trop en parler, parce qu’il paraît plus facile de l’anesthésier. Il y a tellement de moyens aujourd’hui pour échapper à cette angoisse, pourquoi s’en priver? Elle n’a pas lieu d’être, il faut l’éradiquer, mais à quel prix?

Alors, certes, la prise d’un traitement contre l’angoisse peut à un moment donné être le seul recours pour soulager la souffrance d’une personne, mais cela pose la question de la limite. Jusqu’où aller dans ce genre de prise en charge médicamenteuse contre l’angoisse? Il y a toujours des effets secondaires, effets qui eux-mêmes engendrent d’autres types d’angoisses qu’il faudra à leur tour traiter au plus vite. Sauf que l’angoisse est bien souvent là où on ne la soupçonne pas.


L’angoisse est quelque chose de primaire, de brut, elle peut s’écouter, se lire, s’écrire, se peindre, etc. C’est à partir d’elle que l’on se façonne. Elle donne forme à notre imaginaire, à nos fantasmes, à nos affects, à nos désirs, à nos délires. Mais fournit-elle les éléments qui nous constitue en tant que sujet ou est-elle le point de départ déterminant à ce que nous sommes?


On peut la considérer comme un état qui se répète tout au long de la vie, elle scande des moments de ruptures, de séparations, de changements, etc. Elle rythme nos émotions et nos actions de la naissance à la mort. Elle confronte le sujet à ses limites, à ce qui lui échappe, elle touche le singulier en chacun de nous, elle fait énigme.


Mais qu’est-ce qui cause l’angoisse? Quel est l’objet qui cause l’angoisse?


On pourrait situer l’angoisse dans un entre-deux, entre le désir et la jouissance, entre ce qui nous anime et ce qui nous effraie. Ce n’est pas tant l’objet de notre angoisse qui nous angoisse finalement mais plutôt l’appréhension de cette angoisse. Le moment où l’on est le plus angoissé ce n’est pas tant pendant l’examen mais avant.


Sur le plan clinique, nous pouvons reconnaître l'angoisse comme un indicateur qui nous dit que quelque chose est en train de changer, que le sujet n’est plus à la même place. On pourrait dire qu’elle met le sujet à l’épreuve face à ce que représente pour lui le rapport à la castration, à la séparation, à l’abandon, à la limite, au manque, au vide, au Réel.

Autrement dit, cette angoisse l’accompagne dans sa quête désirante. Car nous savons que le désir est par essence censuré, ce qui fait qu’il n’est jamais complètement réalisable et que l’angoisse qui l’accompagne est proportionnelle à ce qui s’en réalise.

Contact

1, Av. Mirabeau.
06000, Nice.




info@psychologuenice.fr
Formulaire de contact
Blog